De l’amour et du sexe en pleine nature

  Sexo

Un vrai plan cul en pleine nature

Marcel s’était installé dans la crevasse rocheuse seulement 10 minutes plus tôt. Il adorait observer les animaux le long de la rive éloignée de la rivière rugissante. Il avait mis sa cagoule de camouflage, disposé soigneusement le filet pour couvrir sa forme ombragée et préparé ses jumelles. Un matin frais, Marcel attendait le soleil avec impatience et les rayons rampants allaient bientôt jeter un coup d’œil au coin de la rue pour le laver au chaud.

La voix rugissante de la rivière apaisa. La nature avec sa puissance et son débit. « Rire ? Les gens ! Pas des gens ce matin ! » pensa Marcel. Ses oreilles se tendaient à nouveau pour ce rythme de voix humaine interrompu par les protestations vocales de la rivière. Marcel se calma en regardant la table de pierre disposée devant sa niche privée. La table était grande, peut-être quarante pieds sur vingt et bien au-dessus de la rive du fleuve. La vie privée aujourd’hui ne devait pas être.

De l’autre côté de la courte paroi rocheuse, à gauche, un jeune homme et une jeune femme sont venus bondir, à la manière exubérante dont les jeunes amoureux se déplacent en compagnie les uns des autres. Ils se sont tenus à l’écart de Marcel à environ six enjambées faciles. Marcel respirait facilement de l’ombre. « Ils vont photographier ma rivière et partir », se dit-il. Oui, l’appareil photo est sorti du petit sac en nylon. D’abord le jeune homme comme sujet avec sa chemise vert foncé qui s’adapte bien à la forêt. Il regardait sa jeune amie et semblait se diriger vers Marcel, ou plutôt quelque chose qui ressemblait à un coin sombre d’une paroi rocheuse. Ensuite, la jeune femme passe devant la caméra – à son tour. Ses cheveux courts et Auburnes sont éclairés par le soleil. Un halo de douce chaleur rouge.

C’était un beau jeune couple et Marcel a souri sans vouloir les déranger. Le couple semblait être prêt à partir. Le jeune homme se tourna vers le mur à gauche de Marcel et ouvrit son pantalon. Il en sortit une belle bite, mais assez moyenne. Avant même qu’il ne commence, Mlle Auburnes l’entoura de ses bras par derrière, prit le coq dans ses mains et le tint pendant que le ruisseau faisait un arc contre le granit. Ce n’était pas tant une chose sexuelle qu’une chose sensuelle, pensait Marcel, mais il pensait aussi : « Bon, il est temps de passer à autre chose ». L’esprit d’Auburnes fut attiré dans une autre direction. Avec ses bras autour de Kevin, elle avait la sensation de tenir « sa bite », une extension de son propre bassin et elle commença à caresser le membre jusqu’alors mou en exprimant les dernières gouttes de liquide.

Eh bien, Mlle Auburnes avait commencé quelque chose. M. Kevin se retourna, la bite toujours sortie, tira Auburnes fermement sur sa poitrine puis embrassa sa bouche qui s’ouvrait. Kevin durcissait rapidement. Comme cela n’échappait pas à Auburnes, une main rapide se déplaçait pour caresser, pour caresser. Maintenant, Marcel avait le choix : attendre et espérer que les visiteurs emmènent leurs activités ailleurs, s’asseoir et regarder, ou leur faire peur en lâchant son filet et en se levant avec sa cagoule. Marcel a pris une profonde inspiration et s’est assis très, très calmement. Il a pris plaisir à observer les créatures des bois.

Kevin déplaça Auburnes contre la paroi rocheuse moussue, à quelques mètres de Marcel. Kevin retira la main d’Auburnes de sa bite en la tirant vers l’arrière, en se mettant à genoux et presque d’un seul mouvement, en défaisant la fermeture éclair et en tirant le jean et la culotte d’Auburnes sur ses genoux. Le rythme s’est accéléré. Auburnes sortit son pied droit de sa glissière et de la jambe de son pantalon. La culotte tenace a été secouée de ses orteils recouverts de chaussettes. À ce moment-là, Kevin avait ouvert le trésor devant lui. Marcel connaissait peut-être les bois, mais Kevin savait à quoi réagissait une chatte. Il écarta les lèvres, Auburnes ouvrit et arqua un peu ses jambes, et Kevin clapotait de bas en haut. Auburnes se tenait en équilibre avec une main sur le rocher, mais l’autre dirigeait la tête de Kevin exactement au bon endroit. Les cheveux d’Auburnes étaient à nouveau éclairés par le soleil et le profil de son visage montrait une beauté simple de la fille d’à côté. Ses yeux étaient fermés et les joues creuses de Kevin indiquaient que le sang de Marcel était aspiré dans le clitoris d’Auburnes par une succion plus que douce. Auburnes a essayé de repousser Kevin, ce qui a eu pour effet de le faire sucer plus fort puis de le faire revenir à ce clapotis à la langue plate de bas en haut.

La fille attrape sa queue pour la mettre dans sa bouche

Auburnes a réussi à se détacher, mais le sourire que Marcel avait vu dans la pose de la photo a disparu. Les bois, la rivière et cet endroit avaient disparu de la conscience d’Auburnes. Elle s’est rapidement mise à genoux ; la ceinture de Kevin l’a saisi, puis a ouvert son pantalon et son slip, qui s’est mis à genoux. La braguette du slip l’a saisi puis a fait claquer sa queue droite vers le bas avec un rapide rebondissement à la perpendiculaire. Kevin a été roulé brutalement sur le dos par une femme qui ne pensait qu’à une chose : baiser. Nous étions au-delà de la sensualité maintenant, au-delà de l’amour doux. Marcel voulait voir ses yeux. « Comment sont ses yeux ? Je peux dire beaucoup de choses à partir de ses yeux », se dit Marcel. Refusé à nouveau. Ses yeux étaient dirigés vers cette bite, cet objet dont elle avait l’utilité, le besoin.

Auburnes chevaucha rapidement Kevin, traînant une jambe de son pantalon et un pied glissé à travers la paille de pin. Un coup de main rapide à la bite de Kevin. Un coup de pied très fort, puis directement dans sa chatte. Marcel connaissait cette sensation. Une bite refroidie par le froid de cet air, soudainement enfouie dans cette chaleur liquide saisissante. La bite de Marcel réagissait à ses propres souvenirs. Auburnes ouvrit sa chemise. Pas de soutien-gorge et des petits seins avec ces merveilleux tétons boudinés. Le contrôle de la respiration de Marcel était devenu un peu plus difficile et maintenant la tête de Kevin n’était plus qu’à un mètre ou deux de Marcel avec Auburnes, la tête légèrement penchée vers le bas.

« Umph, umph, umph, umph… » Auburnes laissa la cadence naturelle de l’accouplement humain suivre son cours dans ses veines et dans sa chatte alors qu’elle martelait son bassin sur Kevin. Sa bite allait presque sortir et Auburnes allait redescendre. « Elle va le conduire dans le granit », se dit Marcel. Puis il a vu quelque chose. La lumière qui se reflétait sur la surface de la rivière créait non seulement ce halo rouge chaud autour des cheveux courts d’Auburnes, mais elle éclairait aussi les boucles rouges entre ses jambes. Un esprit des bois éclairé avec une magnifique enseigne au néon clignotant entre ses jambes, « Baise-moi, baise-moi, baise-moi ». Marcel était hypnotisée par la scène. Le guttural « Umpf, umph », le signe clignotant entre les jambes d’Auburnes, et la chemise qui s’ouvre en battant des seins et en se cachant dans la flanelle chaude.

Sans prévenir, Auburnes s’est levé. La pénétration n’a pas été suffisante pour l’amener à l’endroit où elle voulait être. Elle s’est vite retrouvée au-dessus du visage de Kevin, puis en bas. Cette fois, Marcel pouvait voir clairement les lèvres élargies et exigeantes de la chatte d’Auburnes. Elle a saisi la tête de Kevin à deux mains et a commencé à lui baiser le visage. Elle lui a fait avancer les hanches et la chatte, puis a traîné la fente ouverte et humide sur son nez, sur ses lèvres et sur son menton. Elle répétait cela à l’infini, en tournant en rond de temps en temps, en se servant du menton de Kevin pour masser son clitoris. Le visage de Kevin semblait avoir été enduit d’une fine gelée transparente du nez aux lèvres et au menton. Marcel pouvait également voir sa lèvre inférieure être tirée vers le bas en direction de son menton, pour revenir en arrière lorsque le clitoris et le monticule d’Auburnes étaient passés.

Là encore, sans avertissement, Auburnes était redescendu vers la bite de Kevin. Sa bite étant rentrée dans sa chatte très affamée, le rythme exigeant d’Auburnes était de nouveau au rendez-vous. « Umpf, umph, umph » La percussion vocale de la baise très dure. Puis le rythme s’est accéléré, de plus en plus vite, jusqu’à ce que Marcel entende Auburnes presque grogner un seul mot, « Now ! ». Et c’était maintenant ! Kevin a soudainement levé les hanches et Auburnes a semblé se figer en plein vol, les yeux encore fermés, la tête projetée en arrière, puis un doux gémissement, et enfin un effondrement sur Kevin. Marcel les regarda tous les deux, immobiles, sauf leur poitrine qui se soulevait. C’est l’immobilité maintenant.

Marcel était figée. Ses yeux fixaient. Auburnes se releva faiblement. Sa tête se releva, le soleil illuminant à nouveau ses cheveux. Puis ces yeux, ces beaux yeux. Ses paupières s’ouvrirent et des yeux verts enchâssés dans un visage rouge-couronné regardèrent droit dans l’âme de Marcel. Marcel prit une profonde respiration. Cela sembla durer très longtemps. Un Auburnes épuisé avait levé les yeux, regardant en avant et prenant la portée de ces parois rocheuses. Elle vit la beauté du granit scintiller au premier contact des doigts du soleil, mais pas Marcel.

Auburnes se tenait debout, brossant la paille de pin et les débris du sol de la forêt de ses genoux rougis. Elle donna sa main à Kevin et l’aida à se relever. Ils se nettoyaient l’un l’autre comme des primates de toilettage encore déshabillés. Pendant que Kevin s’efforçait de se ressaisir, Auburnes récupérait des tissus de la meute, s’accroupissait peu et s’essuyait doucement plusieurs fois entre les lèvres de sa chatte. Elle a remis les tissus humides en boule dans les rochers, puis a fini de s’habiller. Elle est allée voir Kevin, l’embrassant et le serrant longuement dans ses bras, puis ils se sont simplement éloignés comme des enfants en pique-nique.

Marcel attendit plusieurs minutes jusqu’à ce que seule la voix de la rivière se fasse entendre. Il laissa tomber son filet, retira sa capuche et rassembla les quelques affaires qu’il portait. Alors qu’il se préparait à partir, il a jeté un coup d’oeil sur les tissus humides qui se trouvaient au pied de son filet. Il n’aimait pas jeter des détritus près de « sa rivière ». Il ramassait souvent les fougères, les aiguilles de pin, les feuilles et même le sol riche de la forêt sur son visage et les sentait. Il y avait de l’électricité ici. Maintenant, il se penchait pour ramasser la balle mouillée. Il l’amena à son visage et respira profondément en sentant le musc d’amour touché par le parfum de la terre. Des souvenirs de femmes s’épanouirent dans son cerveau et sa queue sentit à nouveau la poussée de sang chaud. Ce sera une longue marche pour rentrer chez lui aujourd’hui.

Laisser un commentaire