Insatiable et nymphomane

  Sexo

La libido débridée d’une salope insatiable

Les yeux d’Amandine s’ouvrent pour saluer le soleil du matin en regardant à travers les fissures des stores horizontaux. Elle laissa échapper un long bâillement semblable à celui d’un chat en étendant les bras au-dessus de sa tête, sentant plusieurs fissures émanant de ses articulations fatiguées. En jetant un coup d’œil, elle a remarqué que son petit ami s’était lui aussi réveillé de son sommeil. Sentant le tissu doux des draps de lit glisser sur ses tétons, son corps se mit à vibrer d’excitation et sa main dériva vers le bas entre ses jambes. Thierry s’est retourné pour lui faire face, bien que ses yeux soient restés bien fermés.

Les doigts ont vite trouvé le clitoris et Amandine s’est caressée avec de petits mouvements circulaires. Une main étant occupée, l’autre se glissa sous les couvertures pour entrer en contact avec le membre flasque de son petit ami. Lorsque sa peau est entrée en contact avec la sienne, il a émis un gémissement subtil et s’est déplacé dans son état de demi-sommeil. Sa main délicate s’est refermée autour de sa bite et a commencé à la caresser lentement de haut en bas, la sentant devenir dure sous son contact.

C’était une routine qui se déroulait matin après matin depuis que le couple avait commencé à se fréquenter il y a plus d’un an. La libido insatiable d’Amandine atteignait souvent son apogée le matin, ce qui l’amenait à initier le rituel quotidien de l’excitation sexuelle matinale. Et ce matin n’était pas différent. La séance marathon de baise de la nuit précédente n’avait pas fait grand-chose pour étancher sa soif lubrique et elle mourait d’envie d’une journée pour commencer à jouir.

En poussant les couvertures de côté pour exposer le corps nu de son petit ami, elle s’est assise et a brossé ses cheveux emmêlés de côté alors qu’elle saisissait la bite à moitié droite de Thierry dans son poing. En mettant le membre mou dans sa bouche, elle a immédiatement fermé ses lèvres autour de la tête et a sucé, le sentant pousser contre sa langue. En caressant son poing pour compléter le travail de sa bouche, elle a rapidement atteint son but.

Il y avait peu de passion dans ses actions. C’était purement utilitaire, et dès qu’elle en était capable, Amandine montait à bord de ce poteau entièrement dressé. Thierry ouvrit les yeux et sourit alors qu’elle chevauchait ses hanches et frottait la tête de sa bite le long des lèvres de sa chatte jusqu’à ce que l’humidité croissante lui permette de le glisser à l’intérieur. Ses mains étant maintenant placées sur sa poitrine, elle se pencha vers l’avant pour augmenter la stimulation de son clitoris alors qu’elle se balançait lentement d’avant en arrière.

Certaines filles ont du mal à atteindre l’orgasme… et d’autres non. Amandine était définitivement de ces dernières. Après quelques minutes à chevaucher la bite raide de Thierry, elle sentait son orgasme approcher. Ses longs cheveux blonds pendaient sur le visage de son petit ami, sa respiration devenait de plus en plus pénible. La sensation de ses mains saisissant son ample derrière charnu complétait la poussée vers le haut de ses hanches et elle ne tarda pas à ressentir la libération extatique de l’orgasme alors qu’elle rejetait la tête en arrière avec plaisir.

Lorsque son orgasme s’est calmé, Amandine a alors tourné son attention vers l’achèvement de son petit ami. En suçant son majeur, elle a changé son schéma de mouvement, passant d’un lent grincement à un mouvement de rebondissement plus rapide. Elle s’est ensuite penchée en arrière et a serré ses couilles avant de faire glisser son doigt mouillé jusqu’au cul de Thierry.

« Cum for me baby », gémit-elle, en poussant son trou de cul alors qu’elle continue à le baiser.

Thierry écarta les jambes et saisit les hanches de sa petite amie alors qu’il commençait à se pousser vers le haut avec intensité, tous les restes de somnolence étant maintenant dissipés.

« Ughhhhh », gémit-il bruyamment alors que ses hanches se soulèvent une fois de plus de manière triomphale, soulevant le corps d’Amandine complètement du lit tout en lui remplissant la chatte d’une charge chaude de sperme.

Mmmm…Bonjour », ronronna-t-elle en le descendant, sa bite glissante tombant d’une « gifle » sur son ventre.

Thierry bâillait et s’étirait tandis qu’Amandine disparaissait dans la salle de bain adjacente.

« Tu travailles aujourd’hui ? » cria-t-il en entendant le bruit de l’eau courante.

« Je suis censé le faire, mais j’ai pensé que je devrais me faire porter pâle aujourd’hui. Je n’ai vraiment pas envie de retourner en ville. »

« Qu’est-ce que tu vas faire ? » demanda-t-il, en s’asseyant et en cherchant ses sous-vêtements au milieu des couvertures et des draps.

« Je pensais rester ici pour la journée », répondit-elle, appuyée contre la porte, une brosse à dents à la main. « Je vais peut-être faire quelques courses et prendre quelque chose pour le dîner. À quelle heure quittez-vous votre travail ? »

« Ça dépend de l’heure à laquelle il y a du monde. Probablement à 4 heures. »

« Tu veux aller jouer au golf ce soir ? » demande-t-elle, la voix étouffée par la mousse de dentifrice qui sort de sa bouche.

« Uhhh, je serai probablement assez fatiguée après le travail. Peut-être le driving range à la place ? »

« Ça a l’air bien », concéda-t-elle. « Tu veux que je prépare le dîner, ou je dois faire une réservation ? »

« C’est toi qui décides », proposa Thierry, passant devant sa copine dans la salle de bain. Envoie-moi un texto plus tard. »

Avec leurs plans quotidiens provisoirement établis, le couple a poursuivi sa routine matinale, Thierry agissant avec un peu plus d’urgence. Amandine a enfilé un pantalon de yoga et un t-shirt rose uni et s’est installée dans le salon devant la télévision. Thierry s’est douché et est vite sorti en tenue d’hôpital sarcelle, un stéthoscope noir enroulé autour de son cou.

« Tu veux un café ? » demanda Amandine alors que son petit ami commençait à rassembler ses affaires qui étaient éparpillées sur le comptoir en granit noir de la cuisine.

« Non », répondit-il. « Je vais en prendre un sur le chemin du travail.

Le couple s’est embrassé et Amandine a regardé Thierry passer la porte, la laissant toute seule dans son appartement. Elle a immédiatement allumé la télévision sur CNN et s’est rendue dans la cuisine où elle a introduit une dosette de cappuccino dans la machine à café Tassimo et a appuyé sur le bouton « on ». L’arôme du café frais remplissant la pièce, elle a ouvert le réfrigérateur et en a inspecté le contenu pour trouver quelque chose à manger. Après avoir consommé un peu d’ananas frais, elle a appelé son travail pour réclamer une maladie imaginaire. Amandine a ensuite passé l’heure suivante à se prélasser sur le canapé, à regarder la télévision et à boire du café. Elle se masturbait également une ou deux fois, comme elle devait le faire pendant les rares fois où elle se sentait ennuyée.

Après son deuxième orgasme, elle a ouvert l’ordinateur portable de Thierry et a vérifié ses e-mails en se servant pour son quatrième cappuccino. Après une vérification rapide de sa page Facebook, Amandine s’est retrouvée à parcourir les différents dossiers du bureau de son petit ami qui, elle le savait, contenaient une grande quantité de pornographie.

Elle s’est exclamée : « Pourquoi suis-je si excitée ? », puis elle s’est effondrée sur les murs de l’appartement vide, avant de se mettre à rire et de s’effondrer sur le canapé.

La pulsion sexuelle d’Amandine avait toujours été élevée, mais aujourd’hui elle semblait différente… Elle avait l’impression que la seule chose au monde qui comptait était le sexe. Elle avait baisé avec son petit ami et s’était déjà frotté le clitoris à un état de douleur et il n’était même pas encore midi ! Exaspérée, elle a claqué l’ordinateur portable et s’est précipitée dans la salle de bains. Peut-être qu’un long bain calmerait sa libido.

Quelques minutes plus tard, Amandine se retrouvait le cou dans une piscine d’eau chaude savonneuse. Bien que Thierry ait préféré prendre une douche dans la petite salle de bains reliée à la chambre, elle avait réquisitionné et quelque peu colonisé la plus grande de l’autre côté de l’appartement, principalement parce qu’elle contenait une véritable baignoire. Après quelques moments de détente, elle a décidé de consulter ses SMS de la nuit précédente. Normalement, elle était presque dépendante de son téléphone portable, mais Thierry détestait absolument son affinité pour la technologie moderne, aussi a-t-elle atténué sa dépendance à l’égard de son téléphone lorsqu’elle était en sa présence. Mais maintenant, elle a tout le temps de lire ses messages, de faire défiler Twitter et de faire tout ce que son cœur désire en se plongeant dans les eaux apaisantes.

Il y avait cinq messages de sa meilleure amie Kristina, qui se demandait probablement pourquoi elle semblait être tombée de la terre, ainsi qu’un message de sa jeune sœur. Après avoir envoyé des messages obligatoires aux deux, elle a commencé à faire défiler ses anciens messages. Un message en particulier a attiré son attention.

« Tu es toujours debout ?

Les mots lui ont sauté aux yeux et son doigt à défilement s’est immédiatement arrêté. Le message lui avait été envoyé à 2h32 du matin il y a quelques jours. À ce moment-là, elle était au lit avec son petit ami, alors elle l’avait simplement rejeté. Mais maintenant… il semble qu’elle l’appelle par téléphone. À en juger par la chronologie, il s’agissait manifestement d’un appel pour un plan cul en état d’ébriété.

C’était de Bernard.

Bernard était un type qu’Amandine avait rencontré dans une boîte de nuit il y a plus d’un an. Bien qu’elle se souvienne de très peu de détails de cette première nuit, la rencontre les avait visiblement marqués tous les deux. Amandine était le genre de fille à se laisser aller sexuellement si elle savait qu’elle ne reverrait plus jamais ce type. Elle voyait ces rencontres comme une façon de vivre les choses dont la plupart des filles rêvent, mais qui n’aboutissent jamais, en raison des répercussions sociales. Après cette première nuit, elle ne s’attendait plus jamais à le revoir. Mais le destin a voulu qu’elles se retrouvent dans la même boîte de nuit quelques semaines plus tard. Cette fois, ils ont échangé leurs numéros de téléphone. C’est ainsi qu’a commencé une série de connexions d’une nuit et de messages textes cochons tard dans la nuit. La relation (si l’on peut appeler cela ainsi) était purement sexuelle.

Et elle était salope.

Amandine s’est retrouvée à faire des choses avec Bernard qu’elle ne ferait jamais avec quelqu’un d’autre. Il était un exutoire pour une sorte d’énergie salope et crasseuse qui bouillonnait en elle. Elle avait été perverse avec ses anciens petits amis, et encore plus avec son amant actuel, mais rien à côté de ce qu’elle faisait avec Bernard. Avec Bernard, elle a ressenti le besoin d’être avilie. D’être dégradée. D’être totalement et complètement abusée pour son plaisir.

Amandine se déplaçait inconfortablement dans la baignoire alors que son corps se teintait de réminiscences perverses.

Peut-être était-ce parce qu’elle savait qu’il n’y aurait absolument aucun avenir avec lui ? Peut-être était-ce parce qu’il ne serait qu’un « spot » pervers dans l’histoire de sa vie, en fin de compte ? Elle n’avait pas eu de nouvelles de lui depuis un certain temps. En fait, elle n’avait pas vu Bernard depuis qu’elle et Thierry avaient décidé de s’engager dans une relation exclusive. Elle avait cependant échangé quelques SMS coquins et lui avait même envoyé une photo de sa chatte nue depuis les toilettes d’une boîte de nuit. En général, elle avait essayé d’être une « bonne fille » pour une fois, mais l’attrait du sexe dégoûtant et sans conséquence était difficile à ébranler.

Hé ! Qu’est-ce que tu fais ?

Ses mains tremblaient légèrement lorsqu’elle tapait les mots et appuyait sur « Envoyer ».

Amandine a posé le téléphone sur le bord de la baignoire et a mis sa tête en arrière, en expirant tout en fixant le plafond.

Elle s’est murmurée « Qu’est-ce que je fais ? » en fermant les yeux.

Elle savait qu’elle jouait avec le feu.

Lorsqu’elle ouvrit à nouveau les yeux, elle vit la petite lumière rouge de son téléphone clignoter. Son cœur a sauté un battement. Elle a rapidement repris le téléphone et a vu un message de sa soeur qui la regardait. Une partie d’elle était déçue… une partie d’elle était soulagée. Amandine a pris une profonde inspiration et a reposé le téléphone. Elle s’est ensuite penchée pour ramasser le rasoir et la crème à raser sur le sol.

Malheureusement, le fait de se raser les jambes et la chatte n’a pas vraiment diminué son excitation et Amandine est sortie du bain en pensant à rien d’autre qu’à une belle bite bien dure qui glissait en elle. Elle a vidé la baignoire, enroulé une serviette autour de son corps et a quitté la salle de bain humide.

L’appartement de Thierry avait un grand dressing qui reliait la chambre à l’une des salles de bain. Remplie principalement d’équipements et de vêtements de sport, il y avait aussi une grande boîte noire dans laquelle le couple gardait son assortiment varié de sex toys. En tenant la serviette autour de son corps, Amandine s’est agenouillée et a ouvert la boîte pour en révéler le contenu. Il y avait quelques vibromasseurs, des buttplugs et d’autres objets, dont un grand gode ressemblant à une vie avec une ventouse à une extrémité. Il y avait un assortiment d’objets de bondage tels que des menottes, des bâillons à balles, des fouets et un collier et une laisse à l’aspect pervers. Il y avait également une variété d’autres objets, dont la plupart étaient restés inutilisés. L’un d’entre eux, cependant, a été utilisé : une fine bouteille de lubrifiant en plastique. Amandine a pris le gode à ventouse, un vibromasseur et le lubrifiant avant de fermer la boîte.

À côté de la boîte se trouvait un grand sac à provisions réutilisable rempli de vêtements que l’on ne pouvait que qualifier de « salope » ou de « trash ». Toujours dans leur emballage, la variété des tenues était très variée. Il y avait des corsets et des bustiers. Des bas de corps. Des jambières. Minijupes trash. Porte-jarretelles. Même des robes en latex sur tout le corps. Comme Thierry avait un fétiche particulier pour l’habiller, il avait acheté une grande variété de tenues pour son plaisir de spectateur. Amandine a cédé à son intérêt pour les vêtements de salope, en partie pour son bénéfice et en partie parce qu’elle aimait la façon dont cela lui faisait sentir.

Après avoir rassemblé sa sélection de sex toys, elle est retournée dans le salon où elle s’est assise et a ouvert une nouvelle fois l’ordinateur portable de son petit ami. Lorsque l’écran de l’ordinateur s’est animé, elle a remarqué le voyant rouge qui clignotait sur son téléphone portable.

Elle revenait de la salle de sport. U?’

C’était de Bernard.

Amandine a décidé de la jouer cool. Elle a attendu quelques minutes avant de répondre.

Pas grand chose. Je me détends chez mon petit ami pendant qu’il travaille. Je viens de sortir du bain.

Elle a ensuite posé le téléphone et a ouvert le dossier porno de Thierry qui s’intitulait secrètement « Work Stuff ». Elle n’a jamais cessé d’être étonnée par la prédilection de son petit ami pour la pornographie. Il semblait télécharger ces trucs sur Internet et les stocker comme l’or d’un dragon, mais ne semblait jamais les regarder beaucoup. Peut-être qu’il économisait pour un « jour de pluie » ?

Amandine a parcouru la vaste sélection, à la recherche du ticket d’or pornographique qui lui gratterait sa démangeaison apparemment inatteignable. Elle voulait définitivement quelque chose de salope… Non… pas salope. Dégoûtant. Elle voulait quelque chose qui dépeigne la façon dont elle se sentait à ce moment. Avec un amusement rempli de luxure, elle commença à lire les différents titres.

salope, Putes suceuses de bites 3. Ma belle-mère a jeté ma salade 9. Baiser des esclaves. salopes baby-sitters 2. Enculés 4. Crues. L’expérience anale de Jenny Hendrix. Anal Boot Camp. Culte du cul 7. Les femmes qui trompent. Filles de collège exploitées. Gangbang hardcore. Salope et plus salope. Chiots salopes 5. Rempli de crème…

« Baiser l’esclave… » se marmonnait Amandine alors que sa main dérivait inconsciemment sous la serviette. « C’est exactement ce que je veux être… »

Son téléphone clignotait à nouveau.

« Alors, tu es gentille et propre ? », lit-on dans le nouveau message.

Elle avait fini de « la jouer cool ».

« Oui. Mais je suis sur le point de devenir gentille et salope.

Amandine a posé le téléphone et a rapidement choisi un des films sur l’ordinateur de Thierry. Un milieu particulièrement sale remplit bientôt l’écran, montrant une jeune femme blonde se faisant malmener par deux hommes peu vêtus au milieu d’une pièce obscure. Satisfaite de son choix, elle a jeté sa serviette sur le côté et s’est assise avec un long vibrateur en plastique dans la main.

Amandine a allumé l’appareil et l’a pressé contre sa chair nue en regardant la scène se dérouler sur l’écran de l’ordinateur. En regardant la jeune fille subir toutes sortes de dégradations sexuelles, elle s’est fait plaisir en s’imaginant sa place. Elle a imaginé les deux hommes qui ont fait irruption par la porte pendant que Thierry était au travail et l’ont soumise à chacun de leurs sales désirs humiliants.

J’aimerais être là.

Les mots sont apparus sur l’écran de son téléphone portable au moment où elle glissait le vibreur entre ses lèvres douces et humides. Tout en gardant le jouet fermement implanté en elle, Amandine a pris le téléphone et, d’une main, a tapé une réponse.

« Tu peux être… Si tu veux.

Il y eut une période d’inactivité relativement longue pendant laquelle Amandine continua à se baiser avec la bite en plastique vibrante tout en manipulant son clitoris avec ses doigts.

« Sérieusement ?

Amandine y a pensé pendant quelques minutes, le vibrateur se glissant dans sa chatte humide et dégoulinante. Allait-elle vraiment tromper Thierry ? Elle avait déjà trompé des petits amis auparavant. Plein de fois. Mais que ce soit par vengeance, par colère ou par négligence, il y avait toujours une raison. C’était différent. C’était de la luxure. C’était un désir impur d’être une salope. Une salope traînée infidèle. Il ne s’agissait pas de Thierry. C’était à propos de ses propres envies avilissantes.

En se serrant la main, elle a tapé le dernier mot fatidique.

« Oui ».

C’est tout. C’est ce qui se passait.

« Où êtes-vous exactement ?

Les réponses arrivaient maintenant rapidement.

1298 Union Street. Dans Maple Grove.

Il y a eu une brève pause.

« C’est un peu loin.

Amandine s’y attendait. Sans perdre un instant, elle a pointé le téléphone portable vers sa chatte qui enveloppait encore le vibrateur en plastique bleu, et a pris une photo. Elle n’a hésité qu’à inspecter l’image résultante avant de l’envoyer à Bernard.

Elle a ajouté sous la photo obscène : « Je vous promets que cela en vaudra la peine ».

Assise, elle imaginait Bernard montrant la photo à ses amis et se vantant de la « petite salope sexy qui le suppliait de venir la baiser dans l’appartement de son petit ami ». Ses doigts faisaient paresseusement le tour de son clito tandis qu’une série de scénarios similaires défilaient dans son esprit.

Bernard répondit « Convainquez-moi » avec sa confiance habituelle.

« Tu peux me faire tout ce que tu veux », a-t-elle tapé d’une main en laissant le vibrateur s’échapper de son trou humide et dégoulinant.

Tout ce que tu veux ?

N’importe quoi.

Amandine a envisagé cette perspective pendant un moment avant d’inclure un addendum ultérieur. Elle avait besoin de clarifier les choses.

« Je veux que tu viennes m’utiliser. Je veux que tu me dégrades. Je veux que tu fasses le genre de choses qui ferait que les hommes ne voudraient plus jamais sortir avec moi.

Elle a posé le téléphone en toute confiance et s’est souri à elle-même, en se disant qu’elle devait effacer tous ses messages avant que son petit ami ne rentre du travail. En regardant vers le bas, elle a vu la réponse de Bernard.

« Je serai là dans une heure.

Son cœur battait la chamade et sa chatte était pleine d’humidité. Son corps tremblait d’impatience lorsqu’elle prit le vibrateur humide et glissant et le plaça dans sa bouche. Toute hésitation avait maintenant disparu. Il n’y avait pas de retour en arrière. Tout sentiment de culpabilité ou de remords était désormais protégé par une épaisse couche d’idées salaces sur une éventuelle obscénité. Les événements de son scandaleux petit rendez-vous galant se mirent en marche. Il ne lui restait plus qu’à préparer le terrain pour son aventure de désir.

Amandine se fraya rapidement un chemin dans le placard de son petit ami et retourna à la collection de tenues perverses qu’il avait accumulée pour elle. Pour une raison étrange, il y avait quelque chose d’incroyablement vilain à choisir quelque chose que Thierry avait acheté pour le porter à un autre homme. Cette simple pensée l’a fait mouiller en parcourant l’assortiment d’emballages en plastique. Après avoir fait ses choix, Amandine se concentra sur sa coiffure et son maquillage. Quelques minutes plus tard, elle s’admirait dans le miroir de la salle de bain.

Afin de paraître et de se sentir aussi salope que possible, Amandine avait choisi une paire de bas résille à hauteur de cuisse, maintenue en l’air par un porte-jarretelles noir uni. Sa culotte était elle aussi noire et ne présentait aucun trait distinctif. Pour son haut, elle avait choisi un corset noir moulant qui lui serrait la taille et faisait paraître sa poitrine moyenne plus qu’ample. Après mûre réflexion, elle a également ajouté une minijupe plissée qui servait davantage à la présentation visuelle qu’à couvrir quoi que ce soit. L’ensemble avait l’air délicieusement trash. Comme si elle y avait pensé après coup, elle a choisi le col et la laisse de la cachette de Thierry et a attaché le cuir noir autour de son cou. La chaîne métallique froide attachée au collier pendait contre sa peau, se balançant avec elle à chaque mouvement.

Elle s’est attachée les cheveux en queue de cheval et a jeté un des peignoirs de Thierry avant de se rendre dans la cuisine. Prenant une bouteille de vodka Grey Goose dans le congélateur, elle en a versé un peu dans un verre et l’a refermée. Elle ne voulait pas être ivre, mais elle voulait que ses inhibitions soient aussi faibles que possible. Après avoir absorbé le liquide froid et glacé, elle en a pris un autre. Elle a ensuite placé la bouteille sur le comptoir noir de la cuisine et a attendu avec impatience.

Il est arrivé exactement trente-sept minutes plus tard.

Laisser un commentaire