Pourquoi toutes les femmes ne jouissent pas par le cunnilingus

  Sexo

Pourquoi les femmes n’ont pas d’orgasme du Cunnilingus

Kinsey a établi que le clitoris était l’organe sexuel féminin. Mais il n’a pas été accepté comme la source de l’orgasme féminin par les hommes, ni même par les femmes. Malgré toute la publicité faite autour du clitoris, les femmes hétérosexuelles n’en ont pas encore conscience. La preuve anatomique incontestable que le clitoris est l’organe équivalent du pénis est tout simplement ignorée. L’activité sociable est basée sur la pénétration. Les hommes sont excités par l’anticipation de la pénétration en partie à cause de leur désir sexuel, mais aussi à cause du plaisir important que procure la pénétration d’un amant avec un pénis en érection. Le clitoris ne peut pas être utilisé pour pénétrer un amant et n’est pas non plus un orifice qui peut être pénétré. C’est pourquoi la plupart des couples hétérosexuels n’en connaissent pas l’existence.

Les malentendus sur le cunnilingus sont principalement dus à la croyance que les femmes sont excitées par la perspective d’une activité sexuelle exactement comme les hommes. Si les femmes étaient excitées par un amant, elles n’auraient pas besoin d’attendre qu’un amant leur fournisse la stimulation correcte. La technique d’excitation qu’une femme utilise lorsqu’elle se masturbe seule (qui consiste à utiliser la fantaisie pour se mettre psychologiquement dans la position du pénétrateur) ne fonctionne pas avec un amant. Le cunnilingus équivaut à sucer un pénis mou qui reste flasque pendant toute l’activité. Il ne sert à rien de stimuler une personne qui n’est pas excitée mentalement. Il faut être excité avant que la stimulation ne soit efficace.

Le gland clitoridien possède des terminaisons nerveuses doubles de celles du gland pénien. Cela signifie que la stimulation manuelle du gland clitoridien par un amant est irritante ou inconfortable et peut même être douloureuse sans lubrification. Si un homme n’est pas excité, la stimulation de son gland pénien peut également lui procurer peu de plaisir.

Le pénis et le clitoris peuvent démarrer de la même manière dans les premiers jours du développement du fœtus. Mais plus tard, la tubérosité génitale se développe en deux organes très différents selon le sexe du fœtus. Il n’y a pas que le pénis qui soit sensiblement plus gros que le clitoris. Ce qui est déroutant, c’est que le clitoris n’est pas immédiatement aussi agréable à toucher que le pénis. Un homme a une conscience aiguë de son pénis. La plupart des femmes ne savent même pas qu’elles ont un clitoris. L’organe clitoridien est en grande partie interne et, même en cas d’excitation mentale, le clitoris ne devient jamais que tumescent au lieu d’être en érection comme le pénis.

Les corps caverneux d’un homme se trouvent à l’intérieur du pénis et courent sur toute la longueur de l’axe. Toute stimulation du pénis qui reproduit le rapport sexuel (en étant chaud et humide) est très agréable. Les corps caverneux d’une femme sont situés à l’intérieur de l’organe clitoridien. Le cunnilingus ne stimule que le gland du clitoris, qui n’est pas particulièrement agréable au toucher.

Les sensations de la langue d’un amant ne procurent pas le type de stimulation clitoridienne qui provoque l’orgasme féminin. L’orgasme est le résultat d’un massage du flux sanguin dans l’organe interne (pas le gland ni les lèvres). Une femme sensible utilise les doigts des deux mains pour masser fermement l’organe interne en appuyant sur les grandes lèvres et en serrant avec les muscles pelviens. Le cunnilingus ne provoque donc pas l’orgasme.

Le pénis pénètre dans le vagin (un environnement chaud et humide très semblable à la bouche), ce qui explique pourquoi les hommes aiment la fellation. La fellation simule l’expérience masculine des rapports sexuels. Les hommes peuvent facilement atteindre l’orgasme en pénétrant dans un orifice corporel comme la bouche, le vagin ou l’anus. Pour un homme, la vue de son pénis en érection pénétrant dans un orifice est peut-être le plus grand excitant de tous.

Le cunnilingus reproduit également l’expérience masculine des rapports sexuels. Mais le clitoris n’est pas destiné à pénétrer dans un vagin. Il n’a pas non plus la sensibilité du pénis. Pendant le cunnilingus, la langue d’un amoureux stimule doucement le bout du clitoris dans un environnement humide et chaud. Mais le clitoris n’est pas un organe qui a développé une sensibilité à la pénétration d’un amant. Le cunnilingus stimule uniquement le gland et non les corps caverneux qui se trouvent dans le corps du pénis mais dans l’organe interne du clitoris.

Les sensations du cunnilingus sont assez diffuses et vagues, il n’y a donc pas grand-chose à objecter. Une femme peut accepter le désir d’un homme de la satisfaire par le cunnilingus même si elle sait que l’orgasme est impossible. Elle finit par l’arrêter, ce qu’il peut interpréter comme un signe de satisfaction ou d’orgasme de la part de la femme. Le cunnilingus est un plaisir léger mais il ne provoque pas d’orgasme.

Certains hommes vont voir des prostituées dans le but précis d’obtenir des rapports sexuels oraux. Il est clair que les femmes ne proposent pas de fellation dans le cadre de leurs relations. Si le cunnilingus est si agréable pour les femmes, il semble étrange qu’elles n’offrent pas le même plaisir à un amant. Les femmes ne paient pas pour le cunnilingus. Les femmes n’exigent pas, ni même ne demandent le cunnilingus. Les femmes peuvent accepter le cunnilingus si un amant le leur offre si elles sont conscientes de la croyance que cela peut provoquer l’orgasme féminin.

Les femmes font rarement référence au plaisir sexuel, mais elles sont généralement gênées par les références à une stimulation génitale explicite. La plupart des femmes préfèrent le terme « faire l’amour » si elles font référence au sexe. Le cunnilingus est courant dans le porno car il s’agit d’une excitation masculine. Les femmes supposent souvent que l’orgasme est atteint par la seule stimulation physique. Pour être plus crédible, les femmes expliquent leurs orgasmes en fonction de l’anatomie suggérée par les chercheurs.

Laisser un commentaire